Réflexion sur la Grève des Loyers

On en parle peu en Belgique, mais depuis le début de la crise, une revendication s’est fait entendre dans un certain nombre de pays : la grève des loyers. Le mouvement a, semble-t-il, débuté aux États-Unis, où les loyers sont déjà une charge importantes pour les ménages. Aujourd’hui, le mouvement se propage également en France et en Espagne. De quoi s’agit-il exactement ?

Avant toute chose, et en préambule, je rappelle que je ne suis pas économiste, ni politologue, ni expert dans le moindre domaine que ce soit. Je suis un citoyen lambda un brin politisé qui aime se renseigner sur plein de sujets. Cette précaution oratoire pour rappeler que ce que je dis est sujet à caution et que je vous enjoins à vous renseigner vous-mêmes sur ce sujet, si vous avez le temps.

Je précise également qu’a priori, je fais une distinction entre ce que Bernard Friot nomme la « propriété d’usage » (le fait de vivre dans le logement que l’on possède) et la « propriété lucrative » (tirer un bénéfice de ce logement). Et c’est plus particulièrement le deuxième type de propriété qui est dénoncé lors de la grève des loyers. En effet, celle-ci pose de nombreux problèmes, puisqu’elle est à la base de spéculations immobilières et qu’elle empêche pour beaucoup de gens d’avoir un accès décent au logement, droit garanti par la constitution belge (dans son article 23).

Si l’on s’attarde sur la situation que nous vivons actuellement, nous notons que l’ensemble du pays tourne au ralenti. Pour le moment, plus d’un million de travailleurs se retrouvent au chômage technique (ou temporaire). Et ce chiffre ne prend certainement pas en compte l’ensemble des personnes touchées financièrement par le confinement. Cette crise, si elle nous touche tous et toutes, ne nous touche pas de la même façon. Ce n’est pas étonnant, mais ce sont les plus démunis et les plus précaires qui seront les plus durement frappés. Ceux qui, en tant normal, sont exclus de la solidarité, le sont encore plus en temps de crise.

Malgré tout, on remarque que de nombreuses initiatives voient le jour un peu partout, au niveau local essentiellement. En Wallonie et à Bruxelles, les expulsions des logements sont suspendues le temps du confinement. Mais dans l’ensemble, il n’y pas de règle claire et définitive concernant les loyers. Il y a quelques jours, le syndicat des propriétaires et copropriétaires disait considérer que la question des loyers « doit s’analyser au cas par cas ». Un peu plus loin, le communiqué précise qu’« il ne sera pas perdu de vue que pour les bailleurs, les loyers constituent des revenus – parfois utiles au paiement de charges et d’investissements – et ces derniers doivent également être préservés. » Et c’est justement la question des investissements qui doit à mon sens être dénoncée en cette période de solidarité.

Il faut considérer la situation de Bruxelles pour bien saisir la mesure du problème. Il existe une étude menée en 2007 par Julie Charles sur le sujet. Je n’ai malheureusement pas pu la consulter, puisque elle n’existe apparemment que sous format papier. Néanmoins, un certain nombre de sources en font mention, dont le numéro 31 de la revue art. 23. C’est là que j’ai pu trouver le graphique suivant, dans lequel on note la répartition des propriétaires en fonction du nombre de logements qu’il possède. Et si 50 % des propriétaires ne possèdent qu’un seul logement à Bruxelles, ils ne représentent à eux tous que 20 % du parc immobilier, tandis que 50 % de ce même parc est détenu par 20 % des propriétaires. Il y a un peu plus de dix ans, 60 % de la population de Bruxelles était locataire. C’est deux fois plus que pour le reste du pays. Et il semblerait que la tendance aille vers les investisseurs immobiliers, selon cet article plus récent du journal Le Soir.

Source : http://www.rbdh-bbrow.be/IMG/pdf/article23_31_leger.pdf

Mais quel rapport avec la grève des loyers ?

Dans le cadre du confinement, toute une série de mesure ont été prises auprès des entreprises pour éviter au maximum les faillites causées par la cessation brutale d’activité. Sans entrer dans le détail, il y a des aides proposées par l’État, par les banques, etc. Par contre, en ce qui concerne les particuliers, aucune mesure globale n’a été prise pour le moment. Pourtant, s’il existe un impact sur les entreprises, celui-ci se répercute forcément sur les particuliers qui font tourner ces entreprises.

Or, la meilleure façon d’alerter l’opinion publique sur une situation, c’est la mobilisation. D’autre part, la grève permet de faire bloc contre l’ensemble des propriétaires qui, apparemment, ne comptent pas renoncer à leurs investissements malgré la situation que nous vivons et qui nécessite que tout le monde participe à l’effort.

Plus globalement, ma réflexion s’est également portée sur la propriété lucrative. Ce qui m’a choqué durant mes recherches sur le sujet, c’est cette notion d’« investissement » que l’on peut relever dans le communiqué du syndicat des propriétaires et copropriétaires. C’est également un argument qu’on m’a beaucoup opposé lors d’une discussion sur le sujet : outre les gros investisseurs, beaucoup de propriétaires comptent sur le revenu que leur procure leur bien immobilier pour rembourser leur emprunt et, à terme, s’assurer une retraite décente.

Ce qui apparaît pour beaucoup comme normal suscite chez moi tout un tas d’interrogations. Ces loyers, ce n’est pas de l’« argent magique », pour paraphraser Emmanuel Macron. Ces loyers, ils n’existent que parce que les locataires travaillent et gagnent de l’argent, dont une partie sert donc à payer leur droit à un logement. Tout le monde ne sera pas d’accord avec moi sur ce point, j’en suis conscient, mais c’est à mon sens la preuve qu’il y a un problème, si des retraités doivent compter sur le loyer qui leur est payé pour continuer à vivre. C’est-à-dire que ce qui est supposé être le rôle de l’État (et par son entremise, de la collectivité) a échoué, à savoir : assurer à ces propriétaires-là les moyens d’une subsistance décente sans devoir recourir à l’aide d’autres individus. Les locataires, dans cette situation, assurent le rôle de l’État.

Je considère que l’accès au logement, tout comme l’accès à l’eau, à l’électricité ou aux communications, devrait être considéré comme un service public. Je me rends compte que les politiques globales ne vont pas dans ce sens. La doctrine néolibérale postule exactement l’inverse : tout ceci peut faire l’objet de spéculation et servir les intérêts d’entreprises.

Pour terminer, j’en viens véritablement à la grève des loyers. Une solution proposée par le syndicat des propriétaires et copropriétaires est de voir « au cas par cas ». C’est ce que le gouvernement préconise également. Le problème majeur vient du fait qu’il faut s’en remettre aux propriétaires pour juger les situations individuelles des locataires en difficulté. C’est pour moi, une position intenable, dans la mesure où l’intérêt des propriétaires se trouve à l’opposé de celui des locataires. On ne peut pas se permettre de faire confiance aux propriétaires pour faire passer leur argent avant le bien-être d’une partie de la population.

C’est en cela qu’une action globale est nécessaire. Ce n’est qu’en se réunissant, qu’il sera possible de faire bloc et défendre les intérêts des plus fragiles.

Bien sûr, chacun est libre de mener cette action comme il l’entend. Il est possible de prendre contact avec son propriétaire et lui expliquer que, sans revenu, à cause de cette crise sanitaire, il est tout simplement impossible de payer tout ou partie du loyer. De nombreux propriétaires sauront faire preuve de solidarité en ces temps difficiles. Mais si jamais on se heurte à la logique froidement économique d’une entreprise, il faudra alors entrer dans un rapport de force, par le blocage général, seule façon de gagner ce combat.

Share

Cyclisme et Hybridation

« Les pistes cyclables n’existent pas. Ce sont des routes… ou des trottoirs ! »

C’est ainsi que se concluent les deux billets rédigés en janvier par l’ami Ploum. Il s’y interrogeait sur ce que sont réellement les pistes cyclables. Sont-ce des parkings ? Des routes ? Selon lui, les pistes cyclables sont soit des routes soit des trottoirs. Au mieux, des routes trafiquées pour donner l’illusion de sécurité aux cyclistes. Au pire, une couche de bitume rouge et glissante les mettant en danger. Dans tous les cas, il semblerait que les cyclistes soient condamnés à errer entre deux mondes, celui des voitures et celui des piétons.
Et pourquoi, au final ? Si l’on doit s’interroger sur ce que sont les pistes cyclables, il faut aussi réfléchir à l’identité des cyclistes. Ils ont des roues, mais sans la carrosserie des voitures (ou même des motos). Ils ont des pieds, mais ils ne touchent jamais le sol, ou presque. Ils sont faits de chair et de métal. Un cycliste, sur son vélo, est capable de se déplacer dans des endroits inaccessibles aux voitures – forêts, parcs publics, rues à sens unique adaptées pour eux (à Bruxelles, c’est assez courant) – tant qu’aux piétons – boulevards, routes à plusieurs bandes et autres joyeusetés.
Les cyclistes sont des êtres hybrides, mi-humains, mi-machines. Lire la suite

Share

Disparitions au cœur de l’hiver

Tous les jours, vers dix heure du matin, je passe le long du Parc du Cinquantenaire pour aller travailler. À cette heure-ci de la journée, il n’y a pas grand monde dans l’avenue de l’Yser. Les travailleurs se sont enfermés dans leurs cages de verre. Les enfants sont tous des élèves, les fesses soudées à leurs bancs d’école. Les températures du mois de janvier, quoique douces pour la saison, découragent les promeneurs. Quand je sors de la station Mérode pour prendre le chemin du boulot, j’évite le concert des klaxons et les mines tristes à mourir de mes concitoyens. Leurs cernes et leurs gueules qui traînent jusque par terre me donnent toujours envie de leur hurler dessus. Heureusement, à mon heure habituelle, pas de pollution visuelle ou sonore. Rien d’autre que le bonheur de marcher le long du parc bordé d’arbres en profitant de la tranquillité hivernale.

Ce matin, au croisement des avenues de l’Yser, de la Chevalerie et de la Renaissance, au moment où j’allais m’engager dans cette dernière, un détail m’arrête. C’est à l’emplacement de ce qui aurait pu être un rond-point, mais de ce qui est plutôt une de ces bizarreries conçue par un ingénieur en manque de temps. Il s’agit de deux triangles coupés par l’avenue de la chevalerie et contournés par celle de l’Yser d’une part et par celle de la Renaissance d’autre part. Ces accotements me donnent toujours l’impression qu’il y avait là un vide qui a dû être insupportable pour l’ingénieur et qu’il l’a rempli comme il pouvait. Et pour faire joli, il y a fait planter des arbres (des marronniers).

Ces arbres sont d’ailleurs la raison de mon arrêt inopiné. L’un d’entre eux, le plus proche de moi lorsque je sors de l’avenue de l’Yser et le plus grand des cinq arbres, a tout bonnement disparu ce matin. Pourtant, hier encore il se dressait à la pointe de son triangle, projetant son ombre sur le jeune marronnier à côté de lui. Là, il n’y avait plus rien. Même pas de terre fraîchement retournée. Même pas de souche coupée à ras. Même pas le souvenir d’une branche au sol.

Je reste là pendant un long moment, sans trop savoir pourquoi. L’absence de cet arbre qui a été là si souvent lors de mes allers-retours journaliers me cause un trouble indescriptible. Comme une étoile dans la nuit qui s’éteindrait soudainement. Ce sont les cloches de l’église Saint-Dominique qui me sortent de ma stupidité. Je me rends compte que je suis déjà en retard et qu’il faut que je me dépêche. Je reprends mon chemin en lançant des regards par-dessus mon épaule au vide laissé par mon arbre.

Je rentre tard le soir par le même chemin. On n’a jamais rien sans rien. En commençant tard, je finis immanquablement tard aussi. Parfois, il m’arrive de rater le dernier métro pour rentrer à la maison. Aujourd’hui, j’ai encore un peu de temps avant que cette situation inconfortable soit d’actualité. J’ai presque oublié la disparition du marronnier. En tout cas, j’ai passé la matinée à me persuader que j’étais peut-être passé la veille sans voir qu’il avait été abattu. Et ce matin, j’ai dû arriver après que les ouvriers communaux avaient rebouché le trou laissé par l’arbre, en attendant d’en replanter un nouveau.

Lorsque j’atteins au carrefour, je le traverse sans m’arrêter. Ça doit être la saison et le manque de soleil qui me rendent un peu trop sensible. Tout repère est important dans ce genre circonstance. De retour dans l’avenue de l’Yser, je passe le long des maisons le regard au sol, perdu dans mes pensées. Soudain, je m’arrête. Je viens de passer à côté d’un endroit où il y aurait dû y avoir deux arbres l’un à la suite de l’autre. Ils n’y sont plus. Je ne me suis pas encore retourné pour le vérifier, mais je le sais. Ils ont eux aussi disparu. J’ai peur de constater ce fait absurde et peut-être même de voir qu’il n’y a là aussi aucune trace de terre remuée récemment ou quelque autre indice de leur présence passée.

Pour retarder ce moment où je vais faire volte-face, je tourne ma tête à droite, pour accrocher mes yeux aux branches des arbres du Parc du Cinquantenaire. Loin de me rassurer, cette contemplation me perturbe encore plus, puisque je crois déceler l’absence de quelques silhouettes au milieu de la masse de bois tendue vers les cieux. Je suis à ce point perdu dans mon hébétude que j’en rate le dernier métro. Dans le taxi qui me ramène chez moi, j’essaie de me convaincre qu’il doit y avoir une explication rationnelle à ces disparitions. Malgré tout, mon trouble ne disparaît pas tout à fait.

Share

L’instant magique

Tu ne me vois pas, mais je suis là. Toujours là sans que tu ne me prêtes jamais attention. Ces semaines-ci, tu ne me vois sans doute pas quand je suis dans le Parc royal, assis sur un banc, en train d’attendre. Les musiques du Brussels Summer Festival accompagnent cette attente. Car c’est tout ce que je fais, là ou ailleurs : j’attends. Lire la suite

Share

Dans les yeux du soleil

CC-BY-SA Petar Milošević

A woman’s eye – CC-BY-SA Petar Milošević

Dans la fraîche chaleur du printemps, Bruxelles frissonne. Ses rues frémissent dans la brise avrillée. Les chemises se décollettent, révélant des vallées que l’hiver avait oubliées. Les robes longues et légères aux allures estivales claquent au vent. Tous les corps se tournent vers le soleil, cherchant à se gorger de lumière. Dehors, les gens se parent de couleurs vives, sans doute afin d’amener plus vite à eux le mois de juillet, qui est encore si loin d’eux.

Lire la suite

Share

Brève bruxelloise

Il est seize heure cinquante-trois, au carrefour du Parc de Bruxelles. À gauche, des voitures attendent. À droite, des voitures attendent. En face, des voitures attendent. Et derrière, des voitures attendent. Un peu partout, des piétons marchent en évitant les ombres froides du printemps. Des rires et des cris éclatent : le bruit de la vie. Lire la suite

Share