Réflexion sur la Grève des Loyers

On en parle peu en Belgique, mais depuis le début de la crise, une revendication s’est fait entendre dans un certain nombre de pays : la grève des loyers. Le mouvement a, semble-t-il, débuté aux États-Unis, où les loyers sont déjà une charge importantes pour les ménages. Aujourd’hui, le mouvement se propage également en France et en Espagne. De quoi s’agit-il exactement ?

Avant toute chose, et en préambule, je rappelle que je ne suis pas économiste, ni politologue, ni expert dans le moindre domaine que ce soit. Je suis un citoyen lambda un brin politisé qui aime se renseigner sur plein de sujets. Cette précaution oratoire pour rappeler que ce que je dis est sujet à caution et que je vous enjoins à vous renseigner vous-mêmes sur ce sujet, si vous avez le temps.

Je précise également qu’a priori, je fais une distinction entre ce que Bernard Friot nomme la « propriété d’usage » (le fait de vivre dans le logement que l’on possède) et la « propriété lucrative » (tirer un bénéfice de ce logement). Et c’est plus particulièrement le deuxième type de propriété qui est dénoncé lors de la grève des loyers. En effet, celle-ci pose de nombreux problèmes, puisqu’elle est à la base de spéculations immobilières et qu’elle empêche pour beaucoup de gens d’avoir un accès décent au logement, droit garanti par la constitution belge (dans son article 23).

Si l’on s’attarde sur la situation que nous vivons actuellement, nous notons que l’ensemble du pays tourne au ralenti. Pour le moment, plus d’un million de travailleurs se retrouvent au chômage technique (ou temporaire). Et ce chiffre ne prend certainement pas en compte l’ensemble des personnes touchées financièrement par le confinement. Cette crise, si elle nous touche tous et toutes, ne nous touche pas de la même façon. Ce n’est pas étonnant, mais ce sont les plus démunis et les plus précaires qui seront les plus durement frappés. Ceux qui, en tant normal, sont exclus de la solidarité, le sont encore plus en temps de crise.

Malgré tout, on remarque que de nombreuses initiatives voient le jour un peu partout, au niveau local essentiellement. En Wallonie et à Bruxelles, les expulsions des logements sont suspendues le temps du confinement. Mais dans l’ensemble, il n’y pas de règle claire et définitive concernant les loyers. Il y a quelques jours, le syndicat des propriétaires et copropriétaires disait considérer que la question des loyers « doit s’analyser au cas par cas ». Un peu plus loin, le communiqué précise qu’« il ne sera pas perdu de vue que pour les bailleurs, les loyers constituent des revenus – parfois utiles au paiement de charges et d’investissements – et ces derniers doivent également être préservés. » Et c’est justement la question des investissements qui doit à mon sens être dénoncée en cette période de solidarité.

Il faut considérer la situation de Bruxelles pour bien saisir la mesure du problème. Il existe une étude menée en 2007 par Julie Charles sur le sujet. Je n’ai malheureusement pas pu la consulter, puisque elle n’existe apparemment que sous format papier. Néanmoins, un certain nombre de sources en font mention, dont le numéro 31 de la revue art. 23. C’est là que j’ai pu trouver le graphique suivant, dans lequel on note la répartition des propriétaires en fonction du nombre de logements qu’il possède. Et si 50 % des propriétaires ne possèdent qu’un seul logement à Bruxelles, ils ne représentent à eux tous que 20 % du parc immobilier, tandis que 50 % de ce même parc est détenu par 20 % des propriétaires. Il y a un peu plus de dix ans, 60 % de la population de Bruxelles était locataire. C’est deux fois plus que pour le reste du pays. Et il semblerait que la tendance aille vers les investisseurs immobiliers, selon cet article plus récent du journal Le Soir.

Source : http://www.rbdh-bbrow.be/IMG/pdf/article23_31_leger.pdf

Mais quel rapport avec la grève des loyers ?

Dans le cadre du confinement, toute une série de mesure ont été prises auprès des entreprises pour éviter au maximum les faillites causées par la cessation brutale d’activité. Sans entrer dans le détail, il y a des aides proposées par l’État, par les banques, etc. Par contre, en ce qui concerne les particuliers, aucune mesure globale n’a été prise pour le moment. Pourtant, s’il existe un impact sur les entreprises, celui-ci se répercute forcément sur les particuliers qui font tourner ces entreprises.

Or, la meilleure façon d’alerter l’opinion publique sur une situation, c’est la mobilisation. D’autre part, la grève permet de faire bloc contre l’ensemble des propriétaires qui, apparemment, ne comptent pas renoncer à leurs investissements malgré la situation que nous vivons et qui nécessite que tout le monde participe à l’effort.

Plus globalement, ma réflexion s’est également portée sur la propriété lucrative. Ce qui m’a choqué durant mes recherches sur le sujet, c’est cette notion d’« investissement » que l’on peut relever dans le communiqué du syndicat des propriétaires et copropriétaires. C’est également un argument qu’on m’a beaucoup opposé lors d’une discussion sur le sujet : outre les gros investisseurs, beaucoup de propriétaires comptent sur le revenu que leur procure leur bien immobilier pour rembourser leur emprunt et, à terme, s’assurer une retraite décente.

Ce qui apparaît pour beaucoup comme normal suscite chez moi tout un tas d’interrogations. Ces loyers, ce n’est pas de l’« argent magique », pour paraphraser Emmanuel Macron. Ces loyers, ils n’existent que parce que les locataires travaillent et gagnent de l’argent, dont une partie sert donc à payer leur droit à un logement. Tout le monde ne sera pas d’accord avec moi sur ce point, j’en suis conscient, mais c’est à mon sens la preuve qu’il y a un problème, si des retraités doivent compter sur le loyer qui leur est payé pour continuer à vivre. C’est-à-dire que ce qui est supposé être le rôle de l’État (et par son entremise, de la collectivité) a échoué, à savoir : assurer à ces propriétaires-là les moyens d’une subsistance décente sans devoir recourir à l’aide d’autres individus. Les locataires, dans cette situation, assurent le rôle de l’État.

Je considère que l’accès au logement, tout comme l’accès à l’eau, à l’électricité ou aux communications, devrait être considéré comme un service public. Je me rends compte que les politiques globales ne vont pas dans ce sens. La doctrine néolibérale postule exactement l’inverse : tout ceci peut faire l’objet de spéculation et servir les intérêts d’entreprises.

Pour terminer, j’en viens véritablement à la grève des loyers. Une solution proposée par le syndicat des propriétaires et copropriétaires est de voir « au cas par cas ». C’est ce que le gouvernement préconise également. Le problème majeur vient du fait qu’il faut s’en remettre aux propriétaires pour juger les situations individuelles des locataires en difficulté. C’est pour moi, une position intenable, dans la mesure où l’intérêt des propriétaires se trouve à l’opposé de celui des locataires. On ne peut pas se permettre de faire confiance aux propriétaires pour faire passer leur argent avant le bien-être d’une partie de la population.

C’est en cela qu’une action globale est nécessaire. Ce n’est qu’en se réunissant, qu’il sera possible de faire bloc et défendre les intérêts des plus fragiles.

Bien sûr, chacun est libre de mener cette action comme il l’entend. Il est possible de prendre contact avec son propriétaire et lui expliquer que, sans revenu, à cause de cette crise sanitaire, il est tout simplement impossible de payer tout ou partie du loyer. De nombreux propriétaires sauront faire preuve de solidarité en ces temps difficiles. Mais si jamais on se heurte à la logique froidement économique d’une entreprise, il faudra alors entrer dans un rapport de force, par le blocage général, seule façon de gagner ce combat.

Share

Retraite OKLM #3

Troisième jour loin des affres du négoce.

Je goûte à l’oisiveté comme si c’était mon état de nature. Comment imaginer que je sois fait pour autre chose que lire, rire, boire, manger, aimer, jouer ou jouir ? En fait, depuis septante-deux heures que je suis enfermé dans mon otium, je me sens plus libre que jamais. Je crois que je pourrais m’habituer à cette idée. Je pense même qu’il faudra que je m’accroche à cette idée : la cage se trouve à l’extérieur. Elle se trouve dans la publicité, dans les incitations à consommer, à participer à tout un système qui n’a pour vocation que l’oppression et la domination.

Et la meilleure façon de s’en échapper à tire-d’aile, c’est encore de tout rejeter. De s’enrouler dans nos couettes et nous pelotonner. Réduire nos contacts avec l’extérieur à l’essentiel. Ne plus prendre l’avion, ne plus consommer pour apaiser nos angoisses, ne plus aller au restaurant, ne plus prendre de bains de foule. On le fait pour les plus fragiles d’entre nous, par solidarité. Que ceux qui peuvent se priver le fassent, afin que ceux qui ne le peuvent pas n’aient pas à le faire. Cette pandémie nous aura appris ce qu’est la simplicité volontaire, au moins.

Malgré tout, il nous faut rester vigilants. En Belgique comme ailleurs, l’état d’urgence est déclaré. Parce que nous renonçons à certaines libertés afin de garantir celle de nos pairs, voilà que nos dirigeants s’arrogent des pouvoirs supplémentaires (comme s’ils en manquaient). Et voilà également que des nuages noirs se dessinent au loin. À l’insouciance de ces jours libres vient désormais s’ajouter la crainte que ceux qui ont pris le pouvoir pour le soin de tous décident de le garder pour le bien de quelques-uns.

Ils sortent déjà leurs refrains qu’on leur connaît. « Parce que nous sommes en guerre, toute l’action du gouvernement et du Parlement doit être désormais tournée vers le combat contre l’épidémie. » Si c’est une guerre, Manu, je te préviens qu’il y a de grandes chances qu’on s’en aille déserter. Tu peux ranger ton vocabulaire guerrier, il est daté. Ta métaphore est foirée : on ne va tuer personne ; on va sauver des vies. Tout internet l’a compris : nos grand-parents ont pris les armes il y a quatre-vingts ans ; nous, on se réfugie sous nos couettes. Il n’y a que toi qui restes coincé dans ton imaginaire militaire d’un autre temps.

D’ailleurs, en parlant d’un autre temps, tu savais qu’il y a trois-cents ans, à Marseille, des négociants avaient laissé la peste entrer dans les murs de la ville, au nom du profit. Il y avait de la soie et d’autres tissus précieux. Et dedans, des puces porteuses de la maladie. Toutes les sécurités qui auraient pu empêcher ce drame d’arriver ont été contournées et le pire s’est produit : la maladie a tué des dizaines de milliers de personnes en quelques mois. Juste pour le profit à court terme de quelques-uns. Tu me dis si ça te parle. Et tu pourras peut-être tracer un parallèle entre cette histoire et ce que tu fais avec tes amis depuis un moment déjà.

Et puisqu’on parle de peste, je me permets de parler de Camus que beaucoup ont cité ces jours-ci. La Peste : le récit de la résistance héroïque d’une population face à une menace sourde et omniprésente. On pourrait en faire une relecture moderne, aujourd’hui. Et on remarquera que celles et ceux qui se dressent aujourd’hui contre cette peste matérielle qu’est le coronavirus sont aussi celles et ceux qui en temps normal luttent contre la peste symbolique qu’est le néolibéralisme. Le tout en autogestion, bien sûr.

On peut espérer qu’en se serrant les coudes, en s’aidant les uns les autres, on sauvera des vies et on apprendra à vivre sans ces idéologies mortifères. Et avec l’exemple de notre victoire contre le virus couronné, qu’est-ce qui nous empêcherait de faire tomber des rois autoproclamés ?

Share

Retraite OKLM #1

Le réveil n’a pas sonné ce matin. Le chat s’est chargé de cette mission, appuyé en cette tâche par le sans-abri qui avait trouvé refuge dans le hall de notre immeuble et qui venait rendre les couvertures que nous lui avions prêté la veille. Ainsi commence le premier jour de ce pseudo-confinement déclaré à travers tout le pays, bizarrement. On n’a pas interdit à la population de sortir, mais on lui a ôté toutes les raisons possibles de le faire. Et cela dans un but louable : protéger les personnes les plus à risque de cette pandémie qui sévit.

Je ne contesterai pas la décision. Elle est louable. Me voici donc cloîtré. Ma demeure se mue en monastère. Je n’y fais pas pénitence, loin de là, mais je me tiens prêt à méditer sur ma condition. Ce ne sera pas une ascèse : ma retraite sera joyeuse. Au moins, je n’aurai pas à attendre soixante-sept ans pour croquer dans ce fruit succulent.

Hier, j’ai fait des réserves de fiction. Les lectures seront nombreuses. Quant à la nourriture, heureusement, elle ne manquera pas de sitôt : les denrées continueront encore longtemps d’affluer dans ce pays de cocagne qui importe ses produits de partout dans le monde, quelle que soit la menace. Dès lors, quel est mon souci ? Il n’y en a aucun, puisqu’on me demande de me claquemurer, d’éviter tout contact avec mes semblables et de disparaître du monde pour au moins trois semaines.

Malgré les frimas, voici donc venir le temps de la chaume. Le chômage est technique de survie en cette période étrange de fin du monde. Les anciens se reposaient pendant les grandes chaleurs, nous avons aujourd’hui la chance de générer notre propre chaleur dans nos appartements radiatorés. Dans ma bulle de calme, le temps s’écoule mollement. La journée s’égraine en secondes qui s’éternisent, tandis que passe ce premier jour d’une liberté retrouvée. Ce soir, le repas a tourné autour de réflexions sur le cinéma. Les discussions suivaient un fil décousu, comme si aucune contrainte de temps ne nous forçait à produire des résultats.

Être payé pour rester chez soi, à lire, boire, manger, discuter, rire – bref, vivre ! –, n’est-ce pas là ce dont ont rêvé nos ancêtres ? Il aura fallu une peste mondiale pour que cela se réalise enfin, même pour un court instant. Pendant quelques semaines, nos jours auront un goût de paradis retrouvé.

Et, afin de ne rien en oublier, je compte bien en faire une chronique, au calme.

Share