Histoire avant l’heure : L’essor du financement participatif

Nous avons vu comment, dès le milieu des années nonante pour les premiers, l’internet s’est popularisé pour entrer dans de nombreux foyers. Souvenez-vous que durant les années deux-mille les réseaux sociaux s’étaient développés en masse. Nous avons montré également que ces différentes plateformes n’influençaient en rien la façon dont le réseau de connaissance pouvait s’étendre, mais qu’elles permettaient de renforcer les liens entre les membres d’un même réseau. Ils permettaient aussi d’augmenter de beaucoup l’audience des blogueurs et se faisaient le relais de l’information, plus rapide et parfois bien plus efficace que la télévision et la radiophonie. Lire la suite

Share

Ochlophobie, ou le mal du citoyen

Dans quelques poignées d’heures, nous, Belges, allons voter. Pour des amis, pour des gens en qui nous avons plus ou moins confiance, pour des inconnus dont les idées nous plaisent. Nous allons parfois voter contre quelqu’un qui a déplu. Certains refuseront de voter et choisiront une des faibles alternatives que le système propose. Mais dans la majorité, les gens vont se déplacer pour essayer de faire bouger les choses dans le sens qui leur semble le plus important. Il s’agit ici du niveau de la pyramide politique le plus bas : on touche au quotidien. Lire la suite

Share

Quel combat ?

Pourquoi choisir entre le bien-être des uns et celui des autres ? C’est une question que je me pose depuis longtemps, moi citoyen. Il y a quelque chose d’absurde dans ce choix que l’on nous propose.

Au départ, la distinction politique se faisait entre progressistes et conservateurs. Les uns étaient plus portés sur la réforme, les autres sur la conservation de l’état tel qu’il était. Avec la révolution industrielle, la distinction s’est faite entre socialistes et libéraux, respectivement à gauche et à droite dans l’hémicycle. Aujourd’hui, en Belgique et dans d’autres pays, on peut avoir l’impression que gauche et droite ne forment plus qu’un vaste centre mou. Les décisions se prennent comme on prend le thé. Seuls des événements marquants réussissent encore à faire bouger les choses. Pas toujours durablement. Pas toujours pour le bien du peuple. Lire la suite

Share

Nous, les enfants du net

Voici un texte qui n’est pas de moi mais qui m’a beaucoup inspiré pour la rédaction de la Lettre ouverte, quelques jours plus tôt. Un article déjà traduit en anglais, en allemand et donc désormais aussi en français grâce aux bons soins du Framablog. Une lecture qui me semble très intéressante, presque un manifeste pour ceux qui utilisent l’internet (et qui essaient de ne pas se laisser utiliser).

Piotr Czerski (translated by Marta Szreder) – 11 février 2012 – CC by-sa
(Traduction Framalang : Clochix, Goofy, Lamessen et Xavier) Lire la suite

Share

Lettre ouverte

« La recherche de connaissance,
la circulation de la connaissance
et l’acte de copie
sont sacrés. »

Très cher ami,

Ceci est vraisemblablement mon dernier courrier avant longtemps.
Comme tu le sais, la vie a été très dure pour moi, ces temps-ci. Mais je n’ai pas été le seul à souffrir de cette situation intolérable et pourtant tolérée. Je t’avais dit que je ne me cacherais pas. Après avoir vécu ma foi au grand jour, comme beaucoup d’autres, j’ai perdu mon travail il y a quelques mois. Tu as sans doute entendu que tout poste de la fonction publique nous était désormais interdit. Mon travail de fonctionnaire est donc devenu incompatible avec mes opinions religieuses. Ils ne se rendent pas compte que les persécutions que nous subissons nous ramènent aux temps les plus obscurs de l’histoire occidentale. Lire la suite

Share