Retraite OKLM #28

Point intéressant concernant cette perception du temps dont je parlais hier : il y a du décalage dans ma chronologie. Malgré les sauts que je lui ai fait faire cette semaine, il manque un jour qui s’est dissout dans une nuit trop longue ou un jour trop court.

Je me replonge quelque peu dans des distractions, tout en ayant bien conscience de ce qu’elles sont. Elles n’existent que pour oublier un instant ma colère. Il est vrai que j’avais dit que je la gardais dans un coin de ma tête. Mais il faut que je la confine, elle aussi, sans quoi elle risquerait de me brûler également. Pour l’instant, je ne peux plus supporter que les flammes me dévorent. Il me faut des braises couvantes, des incendies sous-terrains, des soleils sous la cendre.
Je range donc ma colère dans une boite, posée en évidence sur internet. Il m’est impossible de dresser une liste de tout ce qui alimente ma rage. Néanmoins, qu’il me soit permis de dresser un tableau à gros coups de pinceaux.
Je suis en colère que des gens hésitent très sincèrement à choisir entre « sauver l’économie ou sauver des vies ». Je suis en colère de voir que malgré la situation dramatique, la logique capitaliste continue de s’appliquer dans toute sa violence. Je suis en colère de voir que l’on utilise jusqu’à la corde des hommes et des femmes afin d’assurer le confort d’une « élite » autoproclamée. Je suis en colère d’être confiné malgré que j’habite dans l’un des pays les plus riches du monde. Je suis en colère de devoir mettre ma vie entre parenthèses, de ne plus voir mes proches, de ne plus pouvoir sortir sans ressentir de la peur ou de la culpabilité, parce qu’on m’a dit que je pourrais être responsable de la mort d’inconnus. Je suis en colère d’être privé de ma liberté, comme un prisonnier, pour un crime que je n’ai pas commis. Je suis en colère d’être enfermé à cause de l’égoïsme et de l’individualisme d’une poignée de décisionnaires politiques. Je suis en colère de voir certains responsables poursuivre connement leur entreprise de démolition au niveau européen. Je suis en colère de voir l’arrogance de nos élus qui pensent être au-dessus de ceux qui les ont choisis mais qui n’admettent pas qu’ils sont faillibles. Je suis en colère contre l’absurdité du monde. Je suis en colère contre la logique capitaliste, qui continue de produire des barils de pétrole parce que ça coûterait trop cher d’arrêter. Je suis en colère contre la logique sans âme de cette société qui profite de la faiblesse des gens pour lui arracher encore un peu plus d’argent. Je suis en colère contre cette logique mortifère qui déshumanise l’être humain. Je suis en colère contre ces gens qui capitalisent sur la misère humaine pour faire des bénéfices.

La liste est incomplète. D’autres raisons me viendront peut-être à l’esprit plus tard. Il faudra que je les note aussi. En attendant, maintenant que celles-ci sont posées, je vais peut-être pouvoir laisser la colère retomber un peu. Mais je sais qu’elles n’auront besoin que d’un souffle pour repartir.

Share

Retraite OKLM #26

La pleine lune a été pour moi l’occasion de m’échapper. Dans la nuit de mardi à mercredi, je suis parti à vélo dans les rues désertes de Bruxelles, je suis parti. Roulant à vélo, je n’ai croisé personne, si ce n’est quelques patrouilles de police et des travailleurs matinaux dans des transports en commun.

Bertrand Piccard le dit : « Il faut vivre dans l’instant présent. Il faut se connecter à soi-même, sur sa sensation d’exister dans son corps, dans la sensation du moment présent, dans ce qu’on fait, dans ce qu’on pense, dans ce qu’on dit aux autres, dans ce que les autres nous disent. Et ce qui est assez spectaculaire quand on arrive à faire ça, c’est que le temps ne compte plus. » Il y a de ça dans la contemplation béate de la lune, à travers mes jumelles. Ce monde lointain et vide m’a permis de m’arracher à la gravité de la situation. Assis dans une des rues du campus de l’Université Libre de Bruxelles, vidée de son animation coutumière, j’ai pu m’évader.

Je profite également du beau temps ainsi que de la chance d’avoir une terrasse pour planter la tente. À force d’être tout le temps coincé entre quatre murs, j’en viens à ressentir une certaine forme de claustrophobie. Entendre les sons de la nuit est une expérience nouvelle en pleine ville. Pourtant, ces sons servent de points d’appui à une pensée qui sans cela risquerait de partir à la dérive.

En attendant, je fais comme tout prisonnier : je garde ma colère bien à l’abri dans un coin de ma tête. Quand nous pourrons sortir enfin, je trouverai bien un moyen d’en faire un outil apte à faire changer le monde.

Share

Retraite OKLM #24

Les jours se ressemblent et se fondent dans un amalgame indistinct. Les semaines passées durant ce confinement finissent par former une masse étrange dans laquelle le temps se dissout mollement. Pourtant, nous observons ces changements graduels qui marquent le passage d’une saison à l’autre. Nous ressentons les températures monter petit à petit. Nous voyons la reverdie partout autour de nous. Nous entendons le chant perpétuel des oiseaux qui a remplacé le bruit incessant du trafic automobile.
Et pourtant, le temps s’écoule lentement. De report en report, le confinement semble durer depuis toujours et s’étendre à l’infini dans une sorte de mélasse absurde. On voudrait s’échapper, mais même la littérature ne permet pas de s’extraire de cette angoisse permanente qui vient battre à nos oreilles. Partout, le monde tourne au ralenti. Et nous, nous avons l’impression que le temps s’est arrêté.
Les jours se ressemblent. Ils perdent leur nom. Seul aujourd’hui compte. C’est ce temps qui n’est pas encore demain mais qui n’est déjà plus hier. Si au moins les lumières s’éteignaient dans nos villes tentaculaires, peut-être au moins pourrions-nous fondre cet ennui dans la nuit. Si seulement nous croyions encore à des divinités, peut-être pourrions-nous les prier pour donner un sens à nos journées. Malheureusement, les dernières idoles qu’il nous restaient se murent dans leur silence, ne nous laissant que des murs à regarder.
Lorsque nous sortirons de tout cela, nous ferons de chaque être humain un dieu perdu au milieu de l’immensité absurde de l’univers. Et nous contemplerons l’étendue des dégâts, à l’époque où nous tuions tout : les humains et le monde dans lequel ils vivaient.

Share

Retraite OKLM #23

Une balade dans la ville qui, toute confinée qu’elle soit, laisse le soleil printanier la réchauffer. Pour la première fois, nous avons véritablement le temps de voir la vie palpiter, jour après jour. Ces branches qui avaient l’air mortes la semaine passée commencent à se couvrir de feuilles tendres et de fleurs. Dans les rues désertées par le trafic automobile, les voisins discutent à distance, prenant des nouvelles, ou se découvrant, tout simplement. Pendant un instant, on goûte le présent comme une liqueur.

Cela ne nous empêche pas de nous souvenir que nous sommes dans l’œil du cyclone et que les mois qui suivront seront plein de changements et de lutte. Le gazouillis des oiseaux ne couvre malheureusement pas les tremblements du vieux monde qui essaie de grappiller quelques instants de sursis. La nature qui renait doit porter un message d’espoir, mais aussi nous rappeler que c’est tout ce que la société productiviste veut détruire.

À nouveau, la Bête a chancelé. Nous ne ferons pas la même erreur qu’en 2008 et nous devrons en profiter pour la blesser du mieux que nous pourrons. Profitons des nouvelles ardeurs du printemps pour alimenter le feu qui est en nous, qui servira à consumer la société de consommation.

Share

Retraite OKLM #21

Cette journée passe sous le sceau du stress.

Suite à mes interventions sur la grève des loyers, il est plus que probable que je me retrouve demain matin sur un plateau de télévision pour faire valoir mon point de vue, face à un président d’un syndicat de propriétaires. J’ai enseigné à mes élèves il y a un moment déjà ce que doit être un débat. Je sais que ce n’en sera pas un. Il n’y aura pas d’échanges d’idée, demain. Je dois me saisir de ce moment qui m’est donné pour transformer l’espace en tribune.

Il y a une semaine encore, je me demandais comment je pourrais faire pour changer le monde. Hier encore, je considérais que la simple écriture était déjà suffisamment révolutionnaire. Et voilà qu’aujourd’hui, je me rends compte qu’il est possible de diffuser au pays entier un message concernant cette société mortifère. Je sens comme un poids sur ma poitrine et pourtant je suis certain de n’être pas touché par ce virus.

Il nous revient de mettre en place une « propagande par le fait », comme le disait Louise Michel : faisons tout notre possible pour déjà agir comme si nous étions dans ce monde de demain que nous rêvons. Montrons la voie et surtout, rendons nos actions publiques. Ne pas se taire sera déjà un premier acte de résistance. Bien sûr, il nous faudrait faire des compromis. Tant que nous vivrons dans ce système, nous sommes complices malgré nous. Mais qu’importe : cela ne fera que rendre notre colère plus grande.

Tu sais, j’ai encore en tête les mots de Pablo Iglesias, le chef de file de Podemos, en 2016 : « César Rendueles, un mec très intelligent, dit que la plupart des gens sont contre le capitalisme, mais ne le savent pas. La plupart des gens sont féministes et n’ont pas lu Judith Butler ni Simone de Beauvoir. Il y a plus de potentiel de transformation sociale chez un papa qui fait la vaisselle ou qui joue avec sa fille, ou chez un grand-père qui explique à son petit-fils qu’il faut partager les jouets, que dans tous les drapeaux rouges que vous pouvez apporter à une manif. Et si nous ne parvenons pas à comprendre que toutes ces choses peuvent servir de trait d’union, l’ennemi continuera à se moquer de nous. »

Nos actions doivent parler pour nous. Mais nous devrons aussi parler de nos actions. Jusqu’à présent, j’ai survécu à la société capitaliste. Je pensais que c’était suffisant pour lutter. Mais peut-être est-il temps de vivre une société post-capitaliste, même si je sais déjà que ce ne sera pas facile.

Share

Retraite OKLM #20

De la réflexion à l’action, le pas peut être difficile.

 

Hier, j’ai publié sur mon site une longue réflexion portant sur la grève des loyers, et plus largement sur le droit au logement et la propriété lucrative. J’en ai également profité pour envoyer un mail à mon propriétaire, l’informant de ma situation financière, afin de conformer mes actes à ma parole. La rédaction du courriel n’avait pas pris beaucoup de temps, mais j’ai tout de même hésité une demi-journée avant de l’envoyer.
Se retrouver dans une situation où l’on demande l’aumône à quelqu’un, c’est se retrouver immédiatement dans une position désagréable. Je me rappelle ainsi que je dépends de la bonne volonté de quelqu’un pour disposer de quatre murs entre lesquels me réfugier. Jamais agréable.

Quoi qu’il en soit, j’ai fini par passer par-dessus ces messages intériorisés issus d’une société en déliquescence et j’ai appuyé sur la touche « envoyer ». La réponse est venue plus tard et a apporté une bonne nouvelle : mon propriétaire accepte mes revendications. C’est pour moi, une première victoire.

 

Mais au-delà de cela, un podcast que mon frère m’a partagé me permet d’intégrer quelque chose dont j’avais déjà l’intuition : « Pour ceux d’entre nous qui ne peuvent pas monter au front — et ce sera la plupart d’entre nous — notre travail consistera à créer une culture qui encouragera et promouvra une organisation politique, et une résistance tenace. » Elle fait écho à toute une série de phrase qui résonnent constamment en moi, chaque jour avec plus d’intensité. Si j’avais des poutres apparentes dans ma mansardes, j’en ferais des sentences. Que ce soit les mots d’Arthur dans la série Kaamelott : « J’ai raté, mais je veux pas qu’on dise que j’ai rien foutu, parce que c’est pas vrai. » Ou Amanda Fucking Palmer et quelques mots jetés à son public : « It doesn’t matter if it’s good. It just matters that I made something. » (« L’important n’est pas que ce soit bon. L’important est simplement que j’ai fait quelque chose. »)

 

Plus le temps passe, plus ce confinement devient un jeûne de capitalisme. Il faut espérer que lorsque nous sortirons, nous serons suffisamment nombreux à en être sevrés. À ce moment-là, nous sortirons dans la rue, pour la prendre et ne jamais la rendre, sous aucun prétexte.

Share

Réflexion sur la Grève des Loyers

On en parle peu en Belgique, mais depuis le début de la crise, une revendication s’est fait entendre dans un certain nombre de pays : la grève des loyers. Le mouvement a, semble-t-il, débuté aux États-Unis, où les loyers sont déjà une charge importantes pour les ménages. Aujourd’hui, le mouvement se propage également en France et en Espagne. De quoi s’agit-il exactement ?

Avant toute chose, et en préambule, je rappelle que je ne suis pas économiste, ni politologue, ni expert dans le moindre domaine que ce soit. Je suis un citoyen lambda un brin politisé qui aime se renseigner sur plein de sujets. Cette précaution oratoire pour rappeler que ce que je dis est sujet à caution et que je vous enjoins à vous renseigner vous-mêmes sur ce sujet, si vous avez le temps.

Je précise également qu’a priori, je fais une distinction entre ce que Bernard Friot nomme la « propriété d’usage » (le fait de vivre dans le logement que l’on possède) et la « propriété lucrative » (tirer un bénéfice de ce logement). Et c’est plus particulièrement le deuxième type de propriété qui est dénoncé lors de la grève des loyers. En effet, celle-ci pose de nombreux problèmes, puisqu’elle est à la base de spéculations immobilières et qu’elle empêche pour beaucoup de gens d’avoir un accès décent au logement, droit garanti par la constitution belge (dans son article 23).

Si l’on s’attarde sur la situation que nous vivons actuellement, nous notons que l’ensemble du pays tourne au ralenti. Pour le moment, plus d’un million de travailleurs se retrouvent au chômage technique (ou temporaire). Et ce chiffre ne prend certainement pas en compte l’ensemble des personnes touchées financièrement par le confinement. Cette crise, si elle nous touche tous et toutes, ne nous touche pas de la même façon. Ce n’est pas étonnant, mais ce sont les plus démunis et les plus précaires qui seront les plus durement frappés. Ceux qui, en tant normal, sont exclus de la solidarité, le sont encore plus en temps de crise.

Malgré tout, on remarque que de nombreuses initiatives voient le jour un peu partout, au niveau local essentiellement. En Wallonie et à Bruxelles, les expulsions des logements sont suspendues le temps du confinement. Mais dans l’ensemble, il n’y pas de règle claire et définitive concernant les loyers. Il y a quelques jours, le syndicat des propriétaires et copropriétaires disait considérer que la question des loyers « doit s’analyser au cas par cas ». Un peu plus loin, le communiqué précise qu’« il ne sera pas perdu de vue que pour les bailleurs, les loyers constituent des revenus – parfois utiles au paiement de charges et d’investissements – et ces derniers doivent également être préservés. » Et c’est justement la question des investissements qui doit à mon sens être dénoncée en cette période de solidarité.

Il faut considérer la situation de Bruxelles pour bien saisir la mesure du problème. Il existe une étude menée en 2007 par Julie Charles sur le sujet. Je n’ai malheureusement pas pu la consulter, puisque elle n’existe apparemment que sous format papier. Néanmoins, un certain nombre de sources en font mention, dont le numéro 31 de la revue art. 23. C’est là que j’ai pu trouver le graphique suivant, dans lequel on note la répartition des propriétaires en fonction du nombre de logements qu’il possède. Et si 50 % des propriétaires ne possèdent qu’un seul logement à Bruxelles, ils ne représentent à eux tous que 20 % du parc immobilier, tandis que 50 % de ce même parc est détenu par 20 % des propriétaires. Il y a un peu plus de dix ans, 60 % de la population de Bruxelles était locataire. C’est deux fois plus que pour le reste du pays. Et il semblerait que la tendance aille vers les investisseurs immobiliers, selon cet article plus récent du journal Le Soir.

Source : http://www.rbdh-bbrow.be/IMG/pdf/article23_31_leger.pdf

Mais quel rapport avec la grève des loyers ?

Dans le cadre du confinement, toute une série de mesure ont été prises auprès des entreprises pour éviter au maximum les faillites causées par la cessation brutale d’activité. Sans entrer dans le détail, il y a des aides proposées par l’État, par les banques, etc. Par contre, en ce qui concerne les particuliers, aucune mesure globale n’a été prise pour le moment. Pourtant, s’il existe un impact sur les entreprises, celui-ci se répercute forcément sur les particuliers qui font tourner ces entreprises.

Or, la meilleure façon d’alerter l’opinion publique sur une situation, c’est la mobilisation. D’autre part, la grève permet de faire bloc contre l’ensemble des propriétaires qui, apparemment, ne comptent pas renoncer à leurs investissements malgré la situation que nous vivons et qui nécessite que tout le monde participe à l’effort.

Plus globalement, ma réflexion s’est également portée sur la propriété lucrative. Ce qui m’a choqué durant mes recherches sur le sujet, c’est cette notion d’« investissement » que l’on peut relever dans le communiqué du syndicat des propriétaires et copropriétaires. C’est également un argument qu’on m’a beaucoup opposé lors d’une discussion sur le sujet : outre les gros investisseurs, beaucoup de propriétaires comptent sur le revenu que leur procure leur bien immobilier pour rembourser leur emprunt et, à terme, s’assurer une retraite décente.

Ce qui apparaît pour beaucoup comme normal suscite chez moi tout un tas d’interrogations. Ces loyers, ce n’est pas de l’« argent magique », pour paraphraser Emmanuel Macron. Ces loyers, ils n’existent que parce que les locataires travaillent et gagnent de l’argent, dont une partie sert donc à payer leur droit à un logement. Tout le monde ne sera pas d’accord avec moi sur ce point, j’en suis conscient, mais c’est à mon sens la preuve qu’il y a un problème, si des retraités doivent compter sur le loyer qui leur est payé pour continuer à vivre. C’est-à-dire que ce qui est supposé être le rôle de l’État (et par son entremise, de la collectivité) a échoué, à savoir : assurer à ces propriétaires-là les moyens d’une subsistance décente sans devoir recourir à l’aide d’autres individus. Les locataires, dans cette situation, assurent le rôle de l’État.

Je considère que l’accès au logement, tout comme l’accès à l’eau, à l’électricité ou aux communications, devrait être considéré comme un service public. Je me rends compte que les politiques globales ne vont pas dans ce sens. La doctrine néolibérale postule exactement l’inverse : tout ceci peut faire l’objet de spéculation et servir les intérêts d’entreprises.

Pour terminer, j’en viens véritablement à la grève des loyers. Une solution proposée par le syndicat des propriétaires et copropriétaires est de voir « au cas par cas ». C’est ce que le gouvernement préconise également. Le problème majeur vient du fait qu’il faut s’en remettre aux propriétaires pour juger les situations individuelles des locataires en difficulté. C’est pour moi, une position intenable, dans la mesure où l’intérêt des propriétaires se trouve à l’opposé de celui des locataires. On ne peut pas se permettre de faire confiance aux propriétaires pour faire passer leur argent avant le bien-être d’une partie de la population.

C’est en cela qu’une action globale est nécessaire. Ce n’est qu’en se réunissant, qu’il sera possible de faire bloc et défendre les intérêts des plus fragiles.

Bien sûr, chacun est libre de mener cette action comme il l’entend. Il est possible de prendre contact avec son propriétaire et lui expliquer que, sans revenu, à cause de cette crise sanitaire, il est tout simplement impossible de payer tout ou partie du loyer. De nombreux propriétaires sauront faire preuve de solidarité en ces temps difficiles. Mais si jamais on se heurte à la logique froidement économique d’une entreprise, il faudra alors entrer dans un rapport de force, par le blocage général, seule façon de gagner ce combat.

Share