Ce qu’il faut savoir …

  • De moi :

Pas grand chose, en définitive. Je suis Belge. Je suis étudiant, fils de parents fonctionnaires. Autant dire que mon parcours personnel frise la banalité la plus crasse. Peut-être à cause de mon éducation ou de je-ne-sais-quoi d’autre, je suis un savant mélange de curiosité, de naïveté et d’idéalisme. Ce qui ressort de ce tout, c’est une imagination fertile et une envie de faire correspondre le monde à ce que je rêve qu’il soit. Il en ressort aussi des crises de misanthropie et de contemplation du monde. Bref, un caractère un peu changeant mais souvent déconnecté de la réalité. Cette même réalité qui vient parfois me rappeler brutalement qu’elle existe et que c’est moi qui suis en marge du monde, et non le contraire.

  • De mon but :

Essayer de faire en littérature ce qui n’a pas été encore fait. Et si tout a été fait, je m’efforcerai de le faire différemment. Et si vraiment, je ne suis bon à rien, je me contenterai de relayer la parole de mes aînés, ceux qui ont réussi à faire. Quoi qu’il en soit, je veux faire entendre ma voix par l’écriture, après en avoir tant entendu dans ma tête par la lecture.
Puis, j’aimerais aussi réagir sur la politique de mon pays et des autres. Essayer de donner mon point de vue, sur tout ce qui me plaira de commenter. Encore une fois, faire entendre ma voix, même si elle se perd dans le tumulte incessant de l’internet. Qui sait, un jour peut-être un écho oublié atteindra une personne inconnue et lui montrera un autre point de vue que le sien.

  • De ce qui me passionne :

Globalement, j’aime la littérature. Du peu que j’en sais, en tout cas : des grands noms aux plus petits. Et aussi dans plusieurs formes : roman, nouvelle ou poésie, bande dessinée, dialogues de film, écrits rapides de roleplay, graffitis, lettre anonyme du siècle passé, etc. En fait, plus que la littérature, c’est la lecture qui me plaît. Si quelqu’un prend la peine d’écrire quelque chose, ça vaut la peine de lire. Parfois, ça amène son lot de déception, mais souvent, on apprend un fait nouveau ; pas forcément intéressant, pas forcément important, mais on apprend. Et ça m’amène à quelque chose d’autre que j’apprécie : apprendre.
J’ai voulu à un moment être professeur, parce que je suis convaincu que le passage de connaissance se fait de l’enseignant à l’élève mais aussi inversement. Mais je crois aujourd’hui que ce n’est pas le seul métier qui permet ce transfert de l’un à l’autre. J’espère ici apprendre. Apprendre aux autres mais aussi des autres.
Ce sont des passions simples, mais elles suffisent au bonheur d’un homme, je pense.

FacebookTwitterGoogle+DiasporaTumblrPocketPartager